Châtenay et Chalamont

Chatenay


Construit sur une butte glacière, Châtenay tirerait son nom de Castaneum "châtaignier". Deux rivières y prennent leur source : La Veyle au sud-est du château de Biard, et le Vieux Jonc à l'est du village. Connu par des écrits au IX° siècle, le village passe dans les mains des sires de Beaujeu au XIII° siècle, puis dans celle de Guillaume de Juys. Au XVIII°, le duc de Maine le cède à la famille d'Aubarède, qui le rendit à M. de Micod. Il était la propriété de Joseph Ponchon à la Révolution. Le village dont l'habitat est dispersé vit essentiellement de l'agriculture. Châtenay est primé aux concours de fleurissement.


L'Eglise Saint Pierre Très ancienne et à demi détruite, l'église Saint Pierre, a été rebâtie au XIX° siècle avec un rare discernement : conservation des parties récupérables et aussi réemploi des anciens matériaux, en particulier des chapiteaux et de la base des montants pour le porche.Il s'agit de chapiteaux corinthiens typiques de la deuxième moitié du XII° siècle : on note l'abaque nettement creusée, l'astragale réemployée, la tablette, la rainure d'onglet et la doucine et les sculptures sur les dés.La corbeille évasée comporte une partie supérieure arrondie avec des fleurs de lys stylisées.Le très classique arbre de vie, lui aussi se stylise en baguettes pour finalement former le feuillage avec retombée de pommes de pins : au total, le témoignage d'un style très avancé.


Eglise romane en partie détruite et reconstruite au XIXè, par l'architecte Tony Ferret, avec réemploi des anciens matériaux (châpiteaux corinthiens typique de la 2ème moitié du XIIè...). - See more at: http://www.ain-tourisme.com/fiches/Chatenay/Site-et-monument-historiques/Eglise-Saint-Pierre/107450#sthash.zRXXpost.dpuf
Eglise romane en partie détruite et reconstruite au XIXè, par l'architecte Tony Ferret, avec réemploi des anciens matériaux (châpiteaux corinthiens typique de la 2ème moitié du XIIè...). - See more at: http://www.ain-tourisme.com/fiches/Chatenay/Site-et-monument-historiques/Eglise-Saint-Pierre/107450#sthash.zRXXpost.dpuf

Chalamont

La fondation de Chalamont remonterait au XIe siècle, ce qui ferait d’elle l’une des plus anciennes villes de la Dombes. En 1595, la ville fut ravagée, pillée, brûlée et son château détruit par le Marquis de Treffort, sur ordre du Duc de Savoie. Le quartier de «l’îlot des Halles » est le témoin de la reconstruction de Chalamont débutée en 1609. Les maisons de « l’îlot des Halles » sont dites à « pans de bois ». Il s’agit d’une technique élaborée dans l’antiquité romaine et utilisée en France jusqu’au XIXe siècle. Une maison à «pan de bois» est composée d’une ossature en bois et d’un remplissage entre les éléments de charpente appelé torchis. Il se compose le plus souvent de terre, de fibres végétales ou de poils d’animaux. On parle aussi de « maisons-cages ». Pour éviter le pourrissement, les poteaux en bois ne sont pas enfoncés dans le sol. Ils sont posés sur un soubassement de galets et de briques. Les étages présentent une avancée par rapport à l’étage inférieur de manière à protéger la façade des intempéries. On parle alors « d’encorbellement ». Ce quartier a retrouvé son aspect d’antan dans les années 1980, sous la direction de l’architecte M. Perret, grâce à l’O.P.A.C. de l’Ain et à la commune de Chalamont. 



Le Lavoir







 

Église Notre Dame de l'Assomption



La place du marché




Sentier pédestre : Sentier de Raymond




Aucun commentaire:

Publier un commentaire